Archives Mensuelles: octobre 2011

Fabrication du manche de guitare classique (le talon)

Le Talon est la signature de la main du luthier. Pour sculpter le talon, il faut d’abord déterminer la pointe du talon qui peut se terminer en demi rond (guitares acoustiques Gibson, Harmony…) ou en ogive (guitares classiques traditionelles). Ensuite c’est simplement un travail de raccord en partant de la pointe du talon, en suivant la courbe choisie du talon sur les éclisses pour arriver au profil du fût manche.

20111023-135539.jpg
Toutes ces courbes sont déterminées par des gabarits qui peuvent être faits de carton pout la pointe et la courbe du talon.

20111023-140352.jpg

20111023-140550.jpg
Le gabarit pour le profil du manche peut être prélevé d’un manche avec de la pâte d’époxie.

20111023-140729.jpg
Des rainures sont faites pour acuiillir les éclisses et séparer le talon du pied de manche.

20111023-140904.jpg
La forme du pied de manche est découpée selon le traçage provenant du gabarit de pied de manche (voir premières étapes de la fabrication du manche de la guitare classique).

20111023-141217.jpg
Le pied de manche est complété par le façonnage de ses chants.

20111023-141518.jpg
Le pied de manche et la forme du talon découpée.

20111023-141641.jpg
L’excedant sur la largeur du talon as été dégrossi avec un ciseau et un maillais et la forme du talon est commencée au ciseau.

20111023-141954.jpg
Le canif aussi peut servir à sculpter le talon.

20111023-142228.jpg
Pret pour les râpes, les limes, les lames d’ébèniste, le papier sablée.

20111023-142526.jpg
Une finition au papier 320 suffit puisque le talon risque d’être retouché quand le fût du manche sera sculpté.

Publicités

Fabrication du manche de la guitare classique (la tête)

Pour construire une guitare classique de manière méthodique et efficace, il est avantageux de façonner tout les pièces pour que l’étape de l’assemblage se fasse presque d’un seul coup. Cette semaine j’ai amené le manche et son talon prêt à être assemblé.

20111017-220021.jpg
La tête est plaquée. Le Wengé est un bois difficile à utiliser en placage, sa fibre grossière laisse passer la colle à travers.

20111017-220345.jpg

Le gabarit de tête original transféré sur maçonite selon le plan est vissé sur la tête de manière à ce que les trous de vis disparaissent lors du rainurage de la tête. L’emplacement du gabarit est déterminé par la ligne d’axe et la ligne de sillet.

20111017-220733.jpg
Je dégrossis la couronne avec la scie à chantourner

20111017-220939.jpg

20111017-221011.jpg
Le fer toupie munie d’un roulement à bille est pratique pour reproduire un gabarit. Il faut cependant deux fers, un avec le roulement au bout et un autre avec le roulement à la tige d’encrage pour pouvoir tourner la tête de bord afin d’éviter de passer la toupie à contre fil, ce qui risquerait d’occasionner des éclats.

20111017-221718.jpg
Le traçage pour les trous de clés doit être extrêmement précis pour que les mécaniques soient bien ajustées à la tête. Le centre des trous est marqué avec une pointe sèche pour guider la pointe de ma mèche bradpoint sur la perceuse à colonne.

20111017-223244.jpg
Les mécaniques de guitare classique ont toujours des mesures fixes. Les rouleaux ont toujours 3/8″ de diamètre et 1 3/8″ d’espacement entre eux.

20111017-223705.jpg

20111017-223812.jpg
Les rainurages sont fait à la toupie puis nettoyés au sablé ou à la lime (le cèdre espagnol a tendance à bruler en bout de grain avec la toupie)

20111017-224156.jpg

20111017-224245.jpg
Les rampes sont faites avec des rapes et des limes rondes ou demi-rondes. On peut faire l’extrémitée carrée ou ronde et les épaisseurs de placage font des motifs.

20111017-224714.jpg
La tête mise en forme avec des mécaniques pour tester la précision des trous. (ce ne seront pas les mécaniques que j’installerai sur le manche)